Acquedotto Felice

Acquedotto Felice
Je suis chercheuse de métaphores. Un ingénieur du pigment, un artisan.
Créatrice d'images, j'invente des univers qui font rêver où petits et grands pourront plonger sans se préoccuper de savoir nager. La boussole n'est pas nécessaire pour se repérer! Il suffit de se laisser guider par ses propres sensations dans des décors ludiques ou tristes parfois lyriques. Je fouille dans les greniers, j'observe la réalité, j'ajoute une goutte de mon expérience et j'amalgame le tout pour provoquer une réaction chimique poétique. Pas besoin non plus d'être polyglotte car je traduis les textes dans un langage universel. Ce que je souhaite c'est créer une émotion, faire voyager le spectateur à bord de mon crayon et l'ouvrir à d'autres réalités, aux différences.
Je voudrais stimuler son imaginaire, lui faire prendre conscience que tout est possible, qu'il n'y a pas de frontière


dimanche 15 janvier 2017

51- FLUX

L'anno scorso ho avuto il piacere di ricevere il premio della giuria del concorso di illustrazione organizzato da Tapirulan. Questo mi ha dato la chance questo anno di esporre le mie opere nel loro spazio che si trova al numero 22 del Corso XX settembre a Cremona. La mostra è visibile fino al 29 gennaio 2017. In parallelo a Santa Maria della Pietà ci sono 2 mostre da vedere: quella del grandissimo Renato Casaro  e quella degli illustratori selezionati con il tema Ciak.  Questa è l'immagine di copertina realizzata per il catalogo che si può comprare on line sul sito dell' associazione, QUI.

L'an dernier j'ai eu le plaisir de recevoir le Prix du Jury du concours d'illustration organisé par l'association Tapirulan. Cela m'a donné l'occasion d'exposer cette année dans leur galerie qui se trouve au numero 22 du Corso XX Settembre à Crémone (Italie). 
L'exposition est ouverte jusqu'au 29 Janvier 2017. Ceci est l'image de couverture créée pour le catalogue que vous pouvez acheter en ligne sur le site de l'Association, ICI.

FLUX




Immagine che ho presentato l'anno scorso per il concorso SOS

Coûte que coûte


EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire